#NonAuRapportLunacek – Alerter les députés européens

#NonAuRapportLunacek

Peu après l’échec du rapport Estrela, les députés du Parlement européen votera sur le rapport Lunacek, officiellement connu sous le nom de « Feuille de route de l’UE contre l’homophobie et la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre » (A7-0009/2014). 

Stupéfiant: le vote prévu le 4 février pourrait passer en douceur car il ne figure pas à l’ordre du jour pour le débat public. Seule son adoption est annoncée. C’est très inhabituel !

Adopté par la Commission des libertés civiles du Parlement européen (LIBE), le rapport Lunacek constitue une tentative extraordinairement éhontée de la part des militants LGBT de dévoyer le sens des droits fondamentaux de la personne humaine.

Toutefois, la position de la commission parlementaire LIBE ne reflète pas celle de l’ensemble des députés européens.

Par conséquent, les députés européens devraient exiger un débat public de ce rapport en séance plénière, car actuellement ce débat est éludé et seule l’adoption du rapport figure dans le projet e l’ordre du jour de la prochaine séance plénière.

Ensuite, les députés devraient demander au Président du parlement européen Martin Schultz (groupe socialiste) l’ouverture d’un délai de dépôt d’amendements pour le vote en séance plénière. A ce moment peut également être présenté une motion de résolution alternative.

 

Modèle de lettre à l’intention des Membres du Parlement européen

Madame, Monsieur le député au Parlement européen,

Le mardi 4 février, vous voterez sur le rapport Lunacek, sans toutefois vouloir en débattre publiquement en séance plénière. Auriez-vous des scrupules pour justifier ce rapport publiquement?

La Feuille de route LGBT constitue une tentative extraordinairement éhontée de la part des militants LGBT de dévoyer le sens des droits fondamentaux de la personne humaine. La référence faite au mécanisme de « feuille de route » vise à tromper, et y réussit. Elle fait un mauvais usage d’une politique de non-discrimination (sans rapport aucun) afin de créer en réalité des privilèges accordés à certains citoyens en raison de leur vie sexuelle. À cette fin, les vocables « homophobie » et « identité de genre » ont été inventés alors qu’ils ne figurent même pas dans l’acquis communautaire.

Si la Feuille de route était adoptée, les institutions de l’UE et les États membres devront intégrer la dimension de l’homosexualité dans tous les domaines de la politique publique, à savoir non seulement les compétences nationales élémentaires, comme la santé publique et l’éducation, mais aussi l’emploi, le droit d’asile et les affaires étrangères. Le rapport Lunacek prévoit de fait un dispositif de veto pour les processus décisionnels européens favorisant la communauté LGBT. Comprenez: Rien dans une future législation européenne ne pourra plus contrarier les intérêts des militants homosexuels et lesbiens. Avec cette Feuille de route LGBT, le Parlement européen demandera l’intégration obligatoire de la dimension de l’homosexualité dans toute action législative et politique publique dans l’ensemble des États membres. En bref, les militants LGBT cherchent à obtenir des privilèges particuliers en employant la stratégie de la victimisation ainsi qu’une référence fallacieuse à l’universalité des « droits de l’homme ».

La feuille de route de l’UE garantira la liberté de réunion et la liberté d’expression aux militants homosexuels et musellera les critiques à l’égard de l’acte homosexuel et du militantisme LGBT, sous prétexte de combattre des discours et des actes haineux.

En prenant une telle position politique, le Parlement européen exigerait que l’UE et ses États membres appliquent deux poids et deux mesures : une liberté d’expression totale pour la « communauté homosexuelle », par contre des restrictions, ordonnées par voie institutionnelle, portant sur l’expression de toute éventuelle critique. Aucune disposition ne prévoit de protéger le droit qu’ont les personnes de s’auto-déterminer, le droit qu’ont les parents d’éduquer leurs enfants et de protéger les mineurs de la propagande homosexuelle si tel est leur bon vouloir, le droit à l’objection de conscience.

Le mécanisme même « Feuille de route »– conçue au départ pour protéger les droits des personnes handicapées – fera l’objet d’une utilisation politique abusive, afin d’obliger les États membres à autoriser le « mariage homosexuel pour tous », à cause des vues qu’elle contient à propos de la citoyenneté, des familles et de la liberté de circulation. Les couples homosexuels auront ensuite accès à l’adoption plénière, à la fécondation in vitro et aux mères porteuses.

Qui plus est, s’il était adopté, le rapport Lunacek ne laissera aucun autre choix aux institutions de l’UE et aux États membres que d’incorporer l’agenda homosexuel à la conception de politiques publiques, notamment dans des domaines qui étaient auparavant de la compétence des gouvernements nationaux : la santé et l’éducation. L’agenda homosexuel va également s’imposer au grand public sur des sujets comme l’emploi, le droit d’asile, et les affaires étrangères.

Il faut que l’UE et les États membres soient loyaux au droit européen, mais il ne faut pas qu’ils créent des droits spécifiques à cause du comportement sexuel d’un petit groupe de citoyens !

Par conséquent, je vous invite à demander à la Conférence des présidents des groupes politiques d’ajouter ce rapport à l’ordre du jour pour un débat public. Je vous invite également à intervenir auprès du Président Martin Schulz (groupe socialiste) pour ouvrir un délai de dépôt d’amendement à l’adoption en séance plénière. Enfin, je vous demande de rejeter le rapport Lunacek ou à lui substituer une résolution de remplacement. Celle-ci devrait utilement postuler que l’Union européenne met en œuvre la Charte des droits fondamentaux dans le respect d’un équilibre entre le droit à l’égalité des chances et d’autres droits fondamentaux.

Je vous saurais gré, également, de réclamer un vote nominatif, car je désire connaître votre position sur cette résolution. Connaître votre vote nominatif me sert de critère décisif le dimanche 25 mai 2014, jour des élections européennes.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma sincère considération.

 

Publicités